Carlos Gonçalves naît à Beja, dans l'Alentejo portugais.
A l'âge de treize ans, il s'enthousiasme pour la guitare portugaise et en commence l'apprentissage, encouragé principalement par l'interprétation et la virtuosité de José Nunes.

En 1957, lorsqu'il s'installe à Lisbonne, Carlos Gonçalves entreprend son parcours artistique grâce à son habileté technique, qui lui permet aussitôt d'accompagner de grands artistes de l'époque, et est engagé par "Adega da Anita" puis par "Os Lobos do Mar", rue Carriche, où il accompagne les grandes vedettes du fado, parmi lesquelles Alfredo Marceneiro, Filipe Pinto, Maria Teresa de Noronha, Lucília do Carmo, Argentina Santos, Fernando Maurício, Fernando Farinha, Fernanda Maria ou Beatriz da Conceiçao.

En 1968, il entame sa collaboration avec Amália Rodrigues en s'intégrant au groupe de musiciens dirigé par José Fontes Rocha, auquel il succède bientôt, formant alors un ensemble avec Sebastiao Pinto Varela (guitare portugaise), Jorge Fernando (viola) et Joel Pina (basse de viola), ensemble que rejoindra plus tard Lelo Nogueira.

Suivent alors les années prolifiques de composition musicale dédiée à Amália, le plus souvent en mettant en musique les poèmes écrits par Amália elle-même, dont on retiendra particulièrement les albums Lágrima et Gostava de ser quem era, dont la collaboration est archivée à jamais.

Ce sont alors trente et une années de collaboration étroite sur des enregistrements et des récitals donnés dans les plus grandes salles et télévisions du Monde entier, jusqu'à ce qu'Amália s'éteigne, en octobre 1999.

Aujourd'hui, Carlos Gonçalves est un interprète majeur, aussi bien comme soliste qu'en accompagnement de chanteurs de fado. Il collabore également avec des artistes internationaux pour des enregistrements de musique portugaise et travaille toujours à maintenir et à amplifier son oeuvre de compositeur. Pour exemple, une récente pièce inédite dédiée à la mémoire d'Amália, d'après un poème de Tiago Torres da Silva : "Mar de Amália" , d'une extrême beauté, comme il se devait de l'être en hommage à la grande chanteuse portugaise.

La technique et la sensibilité artistiques de Carlos Gonçalves se perçoivent dans les guitarradas, pièces singulières exécutées à la guitare portugaise, essentiellement au sein du fado. La guitare portugaise, entre les mains de Carlos Gonçalves, vibre alors avec énergie ou bien se lamente, éplorée, comme lui seul sait le faire.

Ses improvisations démontrent la complicité requise entre musicien et instrument à l'heure d'exprimer les états d'âme de l'être humain que seul un grand artiste peut transmettre.

Aujourd'hui enfin, et après que ses amis et admirateurs l'en ont prié des années durant, Carlos Gonçalves décide de faire l'enregistrement studio d'un album avec des morceaux composés, pour certains, par lui-même.

Carlos début ainsi une nouvelle étape de sa longue et brillante carrière sous deux formes :

1) En tant que concertiste de guitare portugaise pour des récitals, festivals de guitare, festivals de musique classique, etc...

2) En tant que Directeur musical et interprète de son groupe de fado, qui se produit lors de festivals et concerts de musique traditionnelle.